2. LA CRAU ET L'ELEVAGE.

La Crau est depuis toujours une terre d'élevage. Une étude menée par le service régional de l'archéologie vient de révéler en effet l'existence à l'époque romaine, d'importantes structures communautaires réunissant plusieurs bergeries. De plus des marques d'enclos pour l'élevage datant de 3000 ans avant J-C ont également été découvertes en Crau. L'immense espace vide de la Crau gallo-romaine, de même que la Camargue, fut donc une zone favorable à l'essor d'un important élevage extensif. Les moutons y étaient élevés pour leur laine à partir de laquelle étaient vraisemblablement fabriqués des tissus et des draps.

A partir du 16ème siècle, la plaine aride que représente la Crau fut mise en valeur par des travaux d'irrigation d'une importance considérable dont l'initiateur en fut Adam de Craponne. Adam de Craponne permit ainsi de ramener l'eau de la Durance en Crau. Dans un premier temps cette eau servit à alimenter les moulins à blé de la plaine. Cependant, riche en limon fin et fertile, elle permit ainsi l'installation de prairies dans la partie nord grâce à l'extension réalisée par les frères Ravel dans les années 1670, du réseau du moulin d'Eyguières jusqu'à Arles. Des dérivations construites au fil des années permirent ensuite de desservir toute la région. Cette production nouvelle s'établit en harmonie avec l'élevage ovin car elle répondait aux besoins nouveaux d'un élevage cherchant à s'intensifier. Désormais l'objectif devient de mettre en culture la totalité de la plaine afin de convertir ce territoire désolant par son aridité en un véritable jardin de Provence.

On va donc distinguer deux types de Crau: Une Crau humide qui correspond aux zones de prairies de fauches introduites progressivement par l'arrivée de l'irrigation (située plutôt au nord de la Crau) et la Crau sèche qui elle est constituée par la steppe aride d'origine. On constate ainsi que si l'eau a permis le développement de la culture fourragère et de ce fait de mieux nourrir les troupeaux de Crau, ces derniers en échange vont permettre de fumer les sols ce qui constitue le second élément indispensable à la prolifération de la culture fourragère.